étoffe


étoffe

étoffe [ etɔf ] n. f.
estophe « matériaux » 1241; de estoffer étoffer
I
1(1599) Tissu dont on fait des habits, des garnitures d'ameublement. tissu. Fabrication, armure des étoffes ( tissage) . Étoffes de laine ( laine; 1. lainage) , de coton ( coton , cotonnade) , de soie ( 1. soie, soierie) , de lin, etc. textile. Étoffes de fibres synthétiques. Étoffe brochée, brodée, chinée, cloquée, côtelée. Étoffe imprimée, écossaise, à rayures, à ramages. Étoffe double face, réversible. « Je tâte votre habit; l'étoffe en est moelleuse » (Molière). « Elle aimait les étoffes qui font du bruit, les jupes longues, craquantes, pailletées » (Baudelaire). Étoffe grand teint, infroissable. Pièce, rouleau d'étoffe. Coupe, coupon, métrage d'une étoffe. Largeur d'une étoffe. laize, .
2(v. 1380) Ce qui constitue ou définit (nature, qualités, aptitudes, condition) une personne ou une chose. « plusieurs abbés irlandais, gascons, et autres gens de pareille étoffe » (Rousseau). espèce. L'étoffe dont sont faits les héros.
Loc. Avoir l'étoffe de, les qualités, les capacités de. « Avec tes airs durs, tes phrases à l'emporte-pièce, tu as l'étoffe d'un héros » (Duhamel). Il n'a pas l'étoffe d'un homme politique. Absolt Avoir de l'étoffe, une forte personnalité, de grandes qualités. ⇒ valeur. Manquer d'étoffe, d'envergure.
II(du sens primitif « matériaux ») Techn.
1(1723; nom de divers alliages) Morceau d'acier commun dont on fait les parties non tranchantes des instruments (coutellerie).
Alliage de plomb et d'étain utilisé à l'époque classique pour la fabrication de certains tuyaux d'orgue.
2(1823) Imprim. LES ÉTOFFES : sommes que l'imprimeur doit ajouter aux factures de ses clients pour couvrir l'intérêt et l'amortissement de son matériel.

étoffe nom féminin (de étoffer) Article formé par enchevêtrement de matière textile, ayant une certaine cohésion. Ensemble des qualités, des éléments qui constituent la matière d'une œuvre : Roman qui manque d'étoffe. Armement Alliage de fer et d'acier dont on se servait autrefois pour la fabrication des canons. Musique Alliage d'étain et de plomb avec lequel sont faits les tuyaux d'orgue. ● étoffe (expressions) nom féminin (de étoffer) Avoir de l'étoffe, manquer d'étoffe, avoir ou non de grandes qualités, de grandes capacités, une forte personnalité. Avoir l'étoffe de, avoir les qualités, les capacités qui constituent la personnalité de quelqu'un : Avoir l'étoffe d'un héros.étoffe (synonymes) nom féminin (de étoffer) Ensemble des qualités, des éléments qui constituent la matière d'une...
Synonymes :
- matériaux
Avoir de l'étoffe, manquer d'étoffe
Synonymes :
- capacités

étoffe
n. f.
d1./d Tissu servant pour l'habillement, l'ameublement. étoffe de laine, de soie.
d2./d Loc. fig. Avoir de l'étoffe: être doué d'une personnalité forte, prometteuse.
Avoir l'étoffe de...: posséder les dispositions pour devenir... Il a l'étoffe d'un chef d'état.
d3./d TECH Réunion de plaques de fer et d'acier, forgées ensemble pour fabriquer des instruments tranchants.

⇒ÉTOFFE, subst. fém.
A.— Matière textile servant à l'habillement, à l'ameublement. Synon. tissu. Étoffe de coton; étoffe imprimée; coupon d'étoffe. Les mouflons du corral avaient été dépouillés de leur laine, et cette précieuse matière textile, il ne s'agissait donc plus que de la transformer en étoffe (VERNE, Île myst., 1874, p. 311). À travers la souple et floconneuse étoffe de son complet, il respirait le bien-être par tous ses pores (GIDE, Caves, 1914, p. 822) :
1. Des satins clairs et des soies tendres jaillissaient d'abord (...). Puis, venaient des tissus plus forts, les satins merveilleux, les soies duchesse, teintes chaudes, roulant à flots grossis. Et, en bas, ainsi que dans une vasque, dormaient les étoffes lourdes, les armures façonnées, les damas, les brocarts, les soies perlées et lamées, au milieu d'un lit profond de velours...
ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 487.
2. Pierre, qui d'ordinaire ne s'occupait guère de ces détails, tâtait les étoffes, les froissait dans ses mains d'un air soupçonneux, ne trouvant rien d'assez beau pour sa promise. On fit choix d'une étoffe de soie, couleur gorge de pigeon, à reflets mauves et bleus, qui bruissait doucement et coulait dans leurs doigts, comme une eau changeante.
MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 201.
SYNT. Étoffe de fil, de laine, de soie; étoffe fine, légère, transparente; étoffe épaisse, lourde; étoffe grossière, précieuse; étoffe brochée, brodée, satinée, unie; étoffe chatoyante, moelleuse; étoffe irrétrécissable, lavable; lisière d'une étoffe; métrage, pièce, rouleau d'étoffe; acheter, lever des étoffes; marchand d'étoffes.
1. [P. anal. d'aspect] De vieux troncs d'arbres (...) apparaissaient vêtus d'un incomparable velours vert, étoffe superbement feutrée de fines mousses moelleuses au tact (MICHELET, Insecte, 1857, p. XVII). Devant lui une terre vêtue de soleil, l'étoffe claire des prés, la laine des bois, le voile froncé de la mer (SAINT-EXUP., Courr. Sud, 1928, p. 14).
Spéc., B.-A. ,,Draperies des figures peintes ou sculptées`` (ADELINE, Lex. termes art, 1884). La plus surprenante de ces statues (...) était celle de Moïse. Enveloppé d'un manteau dont l'étoffe aussi flexible qu'un véritable tissu, ondoyait en de souples plis (HUYSMANS, Oblat, t. 2, 1903, p. 120).
2. P. métaph. Il n'est aucune forme d'art où n'apparaisse (...) ce souci de doubler la soie brillante de l'imagination avec l'étoffe solide de la science (BOURGET, Essais psychol., 1883, p. 181). Les anciennes idées qui faisaient bon usage, qui étaient taillées dans des étoffes comme on n'en fait plus (NIZAN, Chiens garde, 1932, p. 206) :
3. ... notre destin est un destin spatial et temporel. Il n'est pas un de nos actes qui ne soit taillé dans cette étoffe étendue et durable dont la réflexion moderne tend à penser qu'elle n'est qu'un même tissu sous deux éclairages.
MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 299.
Rem. On rencontre ds Teilhard de Chardin l'expr. étoffe de l'univers qui sert à désigner la matière dont l'univers est constitué. Historiquement, l'étoffe de l'univers va se concentrant en formes toujours plus organisées de matière (Phénom. hum., 1955, p. 44).
Loc. et expr. fig.
Ne pas épargner, ne pas plaindre l'étoffe. User largement de la matière, des moyens dont on dispose. Celle-ci (...) avait donné (...) des témoignages d'une admiration frénétique. Elle excellait en ce genre, et comme on le pense, elle n'y épargna pas l'étoffe cette fois (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 80).
Tailler en pleine étoffe. Se servir sans contrainte (de quelque chose), avoir toute liberté pour agir. Le Cid, pour les Espagnols, était, depuis des siècles, un personnage épique : aussi le poëte dramatique, Guilhem de Castro, se sent à l'aise avec lui et y taille en pleine étoffe (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 7, 1863-69, p. 266).
B.— TECHNOL. Matière servant à la fabrication de différents objets.
1. IMPR. Les étoffes. Matériel nécessaire à l'impression. Cf. CARABELLI, [Lang. impr.].
P. ext. Somme demandée par l'imprimeur en plus des frais d'impression pour couvrir ses frais généraux de matériel et de fonctionnement et réaliser un bénéfice. Les privilèges d'imprimerie (...) prélèvent sur notre profession une sorte d'impôt représenté par ce qu'on appelle « les étoffes », c'est-à-dire le tiers du prix de main d'œuvre (NERVAL, L. Burckart, 1839, p. 308). Les bénéfices que doit faire un imprimeur, ce monde de choses exprimées en langage d'imprimerie par le mot « étoffes » (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 556).
2. MÉTALLURGIE
a) Alliage de fer et d'acier utilisé par les serruriers, taillandiers, couteliers pour la fabrication des gros instruments tranchants.
b) Alliage dont se servent les potiers d'étain.
Ces sens sont attestés ds Ac. Compl. 1842, BESCH. 1845, Lar. 19e-Lar. encyclop., LITTRÉ, GUÉRIN 1892, DG, ROB.
c) Alliage d'étain et de plomb qu'utilisent les fabricants de tuyaux d'orgue. Ceux [les tuyaux d'orgue] qu'on ne voit pas sont en étoffe, alliage de plomb et d'étain (BOUASSE, Instrum. à vent, 1930, p. 277).
d) Alliage de fer et d'acier utilisé pour la fabrication des canons. Mes canons y furent célèbres [à Aranjuez] dont j'avais de toutes les couleurs et de toutes étoffes, jusque-là que le comte-duc en fut jaloux (TOULET, Mar. Don Quichotte, 1902, p. 96).
3. TANN. Solution de sel marin et d'alun dans laquelle on fait tremper les peaux.Attesté ds Ac. Compl. 1842, BESCH. 1845, Lar. 19e-20e, LITTRÉ, GUÉRIN 1892.
C.— Au fig. Ce qui constitue la personnalité d'un être humain ou la caractéristique d'une chose, produit de l'esprit humain. Être de la même/d'une autre étoffe que.
1. [En parlant d'une pers.] Ce qui constitue la personnalité, ce qui définit les qualités ou les tares intellectuelles, morales de quelqu'un. Paresseux et gourmand, voilà dans quelle étoffe le gaillard est taillé! (BANVILLE, Odes funamb., 1859, p. 146). Vraiment, c'est une chose absurde et injuste qu'on n'ait pas donné à notre corps l'étoffe de notre caractère (GONCOURT, Journal, 1865, p. 208). Cent fois vous serez touché des larmes de théâtre, et des morts de théâtre, enfin de toutes choses qui sont votre étoffe, mais que vous détachez de vous comme un vêtement, que vous suspendez sur l'acteur, qui court au malheur à votre place (ALAIN, Propos, 1935, p. 1284) :
4. ... tout cela ramenait la pensée de celui qui la regardait vers la lignée qui lui avait légué cette insuffisance de sympathie humaine, des lacunes de sensibilité, un manque d'ampleur dans l'étoffe qui à tout moment faisait faute.
PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 688.
Loc. et expr.
Être de basse, de mince étoffe (vx). Être de naissance, de condition modeste(s). Il pourrait se faire, grâce à la conscription, que cet homme [un prisonnier français] fût d'une étoffe plus ou moins distinguée (J. DE MAISTRE, Corresp., 1811-14, p. 295). Pour fuir la cour du roi Pétaud, Ou les croquants de mince étoffe, On emportait dans son château Son singe — avec son philosophe (BOUILHET, Dern. chans., 1869, p. 84).
Avoir l'étoffe de. Avoir l'aptitude, les qualités (bonnes ou mauvaises) nécessaires pour accomplir certains actes, remplir certaines fonctions. Il y avait dans ce marin l'étoffe d'un diplomate. Il y a dans chaque Grec l'étoffe d'un marin (ABOUT, Grèce, 1854, p. 169). Le bon juge avait suffisamment l'étoffe d'un avocat pour que des électeurs aient pu y tailler un député (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 59) :
5. C'étaient de ces natures naines qui, si quelque feu sombre les chauffe par hasard, deviennent facilement monstrueuses. Il y avait dans la femme le fond d'une brute et dans l'homme l'étoffe d'un gueux. Tous deux étaient au plus haut degré susceptibles de l'espèce de hideux progrès qui se fait dans le sens du mal.
HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 194.
Avoir de l'étoffe. Faire preuve de grandes qualités intellectuelles et morales, d'une personnalité affirmée. Anton. manquer d'étoffe, être de mince étoffe. La reine de Naples s'était beaucoup formée dans les événements, disait l'empereur. Il y avait chez elle de l'étoffe, beaucoup de caractère et une ambition désordonnée (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 635). Je préfère cent fois un révolutionnaire convaincu (...) à un libéral. Il y a de l'étoffe dans le premier. Il n'y en a pas dans le second (L. DAUDET, Temps Judas, 1920, p. 81).
2. [En parlant d'une manifestation de l'esprit hum., sentiment, pensée, etc.] Ce qui constitue le fond, la matière d'une chose. Les paroles du comte (...) répondaient aux sentiments de chasteté, de délicatesse qui sont pour ainsi dire l'étoffe des premières amours (BALZAC, Lys, 1836, p. 141). On ne voit pas de quoi serait faite l'étoffe des rêves de Beethoven, si elle ne l'était de l'étoffe même de cet univers, avec lequel nous faisons corps (ROLLAND, Beeth., t. 1, 1937, p. 21) :
6. Tandis que le philosophe (...) se fonde (...) sur ce fait que la religion catholique, comme toute autre forme religieuse, est fausse et constitue une superstition, l'esprit clairvoyant du politique sachant que la superstition, le préjugé, la croyance sont l'étoffe et l'unique tissu du réel, se préoccupe uniquement de rechercher quelle forme du préjugé est utile à la réalité française...
GAULTIER, Bovarysme, 1902, p. 300.
Spéc. [En parlant d'un ouvrage de l'esprit] Ce qui en constitue le sujet, la matière. Retourné au journal, où l'on m'a communiqué des notes manuscrites sur la Russie. Bonne étoffe d'article! (BARB. D'AUREV., Memor. 2, 1839, p. 279). Beaucoup de destinées qui sont dramatiques ne fournissent pas l'étoffe d'un roman, parce qu'elles manquent de péripéties (MAURIAC, Plongées, 1938, p. 10) :
7. De là est venu ce défaut (...) dans les tragédies françaises : cette parcimonie de scènes et de développements, ces faux retardements, et puis tout à coup cette hâte d'en finir, mêlée à cette crainte que l'on sent presque partout de manquer d'étoffe pour remplir le cadre de cinq actes.
VIGNY, Lettre Lord..., 1829, p. 269.
Rem. On rencontre dans Huysmans étoffiste, subst. masc. Peintre habile dans l'art de bien représenter les étoffes. La patte même de l'ancien étoffiste n'y est plus. Les robes qu'il brossait dextrement jadis sont en bois tubulé et en fer (Art mod., 1883, p. 159).
Prononc. et Orth. :[]. Enq. : /etof/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1241 estophe « matière (désigne toutes sortes de matériaux) » (Test. de Marie de Chimay, A. Ardennes ds GDF. Compl.); 2. fin du XIVe s. estoffe « ce qui constitue ou définit une personne ou une chose » (FROISSART, Chroniques, éd. S. Luce, t. 1, p. 178); 3. 1599 « tissu de laine, de fil, de coton, etc., dont on fait des habits, des garnitures d'ameublement » (SULLY, Mémoires, t. 3, p. 423 ds HAVARD). Déverbal de étoffer. Fréq. abs. littér. :2 340. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 2 272, b) 4 231; XXe s. : a) 3 802, b) 3 463. Bbg. HÖFLER (M.). Untersuchungen zur Tuch- und Stoffbenennung in der französischen Urkundensprache. Tübingen, 1967. — ROG. 1965, p. 34, 74.

étoffe [etɔf] n. f.
ÉTYM. 1241, estophe « matériaux »; de estoffer. → Étoffer.
———
I
1 (1599). Tissu dont on fait des habits, des garnitures d'ameublement. Tissu. || Fabrication, armure des étoffes. || Étoffe de coton ( Cotonnade), de soie ( Soierie), de lin… Textile. || Étoffes aiguilletées, utilisées pour le revêtement des sols. || Étoffes à fils d'or et d'argent (→ Brocart, cit. 3; chamarré, cit. 2). || Étoffes de fibres synthétiques. Fibranne, nylon, rayonne. || Étoffes à base de poils d'animaux. Angoratine, castorine, crin; chameau, chèvre, lama. || Étoffes mélangées : fil et coton ( Basin, futaine); laine et soie ( Alépine, amazone, sicilienne, silésienne); soie et métal ( Passement, samit); soie et coton ( Madras).Étoffe unie. || Étoffes façonnées ou fantaisie (quant au grain, au tissage, à la matière). || Étoffe aiguilletée, boutonnée, brochée, brodée ( Plumetis), cannelée, chevronnée, chinée, cloquée, côtelée, damassée, filetée, gaufrée, granitée, grattée, mercerisée, mouchetée, pékinée, pied-de-poule. || Étoffe fantaisie (quant aux dessins). || Étoffe imprimée ( Clichage), à carreaux, quadrillée, écossaise, à rayures, bayadère, bigarrée, à pois, à fleurs, à ramages. || Étoffes chatoyantes, moirées, à reflets changeants. || Étoffe double face, réversible. || Une étoffe légère, transparente, vaporeuse, souple, douce, moelleuse. || Étoffe lourde, rêche, raide, qui a du tombant, du corps, de l'apprêt. || Une étoffe glacée, satinée, soyeuse, pelucheuse. || Étoffe inusable, irrétrécissable, grand teint, imperméable, infroissable, lavable. || Étoffe qui se cotonne, s'effiloche, s'élime, se lustre, se peluche, se chiffonne, s'éraille. || Étoffe qui rétrécit, se retire; qui donne, s'étire, prête. || Étoffe fragile, qui passe. → Un déjeuner de soleil. || Bruissement d'une étoffe de soie. || Étoffe froufroutante (→ Cri, cit. 30).Pièce, rouleau d'étoffe. || Coupe, coupon, métrage d'une étoffe. || Largeur d'une étoffe ( Laize, lé). || Sens d'une étoffe. || Bord, lisière d'une étoffe. || Mesurer, auner une étoffe ( Aunage). || Recoupe, retaille, pan, lambeau d'étoffe ( Haillon, loque). || Endroit, envers d'une étoffe. || Couper dans le biais d'une étoffe. || Déchirer, froisser, raccommoder, stopper une étoffe. || Faire des plis, des fronces, des remplis, des bouillonnés, des falbalas dans une étoffe. || Défauts et arrachures d'une étoffe. || Étoffe qui gode, fait des godets. || Placer une patte, une pointe d'étoffe.Choisir l'étoffe d'un rideau. || Draper une étoffe. || Catir, décatir, teindre une étoffe. || Dégraisser, détacher, terrer une étoffe.
REM. Les noms des différentes étoffes ainsi que les termes relatifs à leur fabrication sont classés à l'article Tissu.
1 Je tâte votre habit : l'étoffe en est moelleuse.
Molière, Tartuffe, III, 3.
2 Jamais elle ne portait de ces insipides robes de gaze qui laissent tout voir et ne font rien deviner. Elle aimait les étoffes qui font du bruit, les jupes longues, craquantes, pailletées, ferblantées (…)
Baudelaire, la Fanfarlo.
Loc. Tailler en pleine étoffe. Tailler. — ☑ Vieilli. Ne pas épargner, ne pas plaindre l'étoffe : fournir plus qu'il n'en faut.
2 Ce qui constitue ou définit (nature, qualités, aptitudes, condition…) une personne ou une chose. || Des hommes d'une certaine étoffe (→ Commettre, cit. 13). || Des histoires de pareille étoffe. Espèce.
3 La table était composée, outre M. de Bonnefond, de plusieurs abbés irlandais, gascons, et autres gens de pareille étoffe.
Rousseau, les Confessions, VII.
Loc. Avoir l'étoffe de, les qualités, les capacités de. || Cet homme a l'étoffe d'un grand politique. || Elle a eu l'étoffe d'une femme d'action.
4 Napoléon, qui se connaissait en héros et qui savait l'étoffe dont ils sont faits (…)
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 6 oct. 1851, t. V, p. 10.
5 Avec tes airs durs, tes phrases à l'emporte-pièce, tu as l'étoffe d'un héros.
G. Duhamel, Cri des profondeurs, IX.
Absolt.Avoir de l'étoffe : avoir une forte personnalité, de grandes qualités intellectuelles et morales. Valeur.Manquer d'étoffe : manquer d'envergure.
6 Il y a bien des gens à qui l'étoffe manque, qui voient à tout moment le bout de leur esprit (…)
Mme de Sévigné, 817, 9 juin 1680.
Être d'une autre étoffe, de (la) même étoffe : avoir des qualités différentes (souvent supérieures); des qualités semblables. — ☑ Être de bonne étoffe, complaisant.
7 Je n'étais pas d'assez bonne étoffe pour pardonner aux offenses, mais je finissais toujours par les oublier.
Camus, la Chute, p. 59-60.
Vx. Personnage de basse étoffe, de condition sociale inférieure.
3 Matière, sujet. || Dans ces articles, il y aurait l'étoffe d'un livre. || Ce roman manque un peu d'étoffe, mais il ferait une bonne nouvelle.
———
II (Du sens primitif, « matériaux »). Technique.
1 (1723; nom de divers alliages). Morceau d'acier commun dont on fait les parties non tranchantes des instruments (de coutellerie).
Étoffe d'un tuyau d'orgue (alliage d'étain et de plomb), d'un canon (alliage d'acier et de fer).
2 (1823). Imprim. || Les étoffes : matériel servant à l'impression.Par ext. Sommes que l'imprimeur doit ajouter aux factures de ses clients pour couvrir l'intérêt et l'amortissement de ce matériel.
DÉR. et COMP. Étoffer. Double-étoffe.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • étoffé — étoffe [ etɔf ] n. f. • estophe « matériaux » 1241; de estoffer → étoffer I ♦ 1 ♦ (1599) Tissu dont on fait des habits, des garnitures d ameublement. ⇒ tissu. Fabrication, armure des étoffes (⇒ tissage) . Étoffes de laine (⇒ laine; 1. lainage) ,… …   Encyclopédie Universelle

  • étoffé — étoffé, ée (é to fé, fée) part. passé. 1°   Garni d étoffe Chapeau bien étoffé. Lit bien étoffé. •   Je donnerais donc à madame la baronne un bon grand carrosse bien étoffé, LESAGE Turcaret, III, 2. 2°   Fig. Un homme bien étoffé, bien vêtu.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • étoffe — (é to f ) s. f. 1°   Nom général des tissus de soie, de laine et d autres matières dont on fait des habits et des ameublements. •   Il était fort obligeant, fort officieux ; et, comme il se connaissait fort en étoffes, il en allait choisir de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉTOFFE — s. f. Tissu de soie, de laine, de coton, de poil, de fil d or ou d argent, etc., dont on fait des habits, des meubles, etc. Étoffe de laine. Étoffe de soie. Ce marchand a de belles étoffes. C est une bonne étoffe que le drap. C est une belle… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • étoffe — nf., tissu, drap ; fig., compétence, capacité : étofa nf. (Saxel.002, Thônes.004, COD.269a 2), fig. uniquement (Albanais.001.PPA.) ; tissu nm. (001, Villards Thônes), danré <denrée> nm. (002). E. : Épais, Lisière, Toile. A) les sortes de… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ÉTOFFE — n. f. Tissu de soie, de laine, de coton, etc., dont on fait des habits, dont on recouvre des meubles, etc. étoffe à fleurs. étoffe moelleuse. Fournir l’étoffe pour un costume, une robe, un chapeau. Par extension, On n’a pas épargné, on n’a pas… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Étoffe — Textile Pour les articles homonymes, voir Textile (homonymie). « la fileuse » (œuvre de William …   Wikipédia en Français

  • Étoffe cloquée — ● Étoffe cloquée étoffe, de coton ou de soie, gaufrée …   Encyclopédie Universelle

  • Étoffe croisée — ● Étoffe croisée étoffe dont le mode d entrelacement simple des fils donne un sens oblique au tissu …   Encyclopédie Universelle

  • Etoffe de Verdun — (fr., spr. Etoff d Werdäng), sergeartiges, bes. in Verdun gewebtes Zeug …   Pierer's Universal-Lexikon